Musique, Portrait

Portrait : Ferjeux Beauny, enseignant en jazz et improvisation

Mis en ligne le

Tous les mois découvrez le portrait d’un.e agent.e du conservatoire (personnel enseignant, administratif ou technique).

Ce mois-ci, c’est Ferjeux Beauny, saxophoniste et clarinettiste, enseignant au sein du département jazz du conservatoire, qui a répondu aux questions.

D’abord c’est quoi le jazz ?

Eh bien c'est un terme générique qui englobe une multitude de musiques et d'univers musicaux. Le jazz, en tant que tel, est arrivé des États-Unis jusqu'en Europe il y a tout juste une centaine d'année. L’une des caractéristiques fortes de cette musique est d'avoir évolué très vite en une multitude de courants, suivant toutes sortes d'influences, issues des musiques du monde entier. L'improvisation et la liberté du propos musical ont toujours été intimement liés à cette musique. Au demeurant, l'improvisation n'est pas une discipline liée au jazz spécifiquement et cette pratique existe depuis les débuts de la musique.

Quelles sont tes missions ?


J’enseigne le jazz et l'improvisation depuis septembre 2018 au conservatoire de Brest métropole. J’accompagne les élèves depuis l’initiation jusqu’au diplôme d’études musicales (D.E.M).

À Brest, le département Jazz est porté par 3 professeurs : Philippe Champion, trompettiste, Frédéric Bargeon-Briet, contrebassiste et moi-même, au saxophone. Nous réfléchissons ensemble à une approche commune sur la manière de transmettre et partager cette musique, tant au niveau instrumental que culturel. Notre rôle en tant qu'enseignants est de faire découvrir les enjeux et les multiples facettes de cette musique aux élèves et de les faire vivre avec les acteurs locaux investis sur la scène musicale de la région.

Le travail du jazz et de l’improvisation met en lumière tout un pan de la pratique musicale, où l'oreille du musicien est au centre des apprentissages, mettant en jeu la mémorisation, l'écoute entre musiciens, le sens commun du rythme et de la pulsation, considérant l'instrument comme un amplificateur de notre propre voix.

Dans l'organisation des études, si les cours individuels instrumentaux sont nécessaires pour parfaire la technique instrumentale et préparer le travail en atelier, la majorité de l’enseignement s’effectue en ateliers collectifs. On recense pas moins d’une vingtaine d’ateliers au sein du département parmi lesquels le grand ensemble de jazz qui accueille jusqu’à 20 instrumentistes. Citons aussi l’orchestre de jazz du collège du Vizac à Guipavas auprès duquel nous intervenons. Il existe depuis 4 ans et s’inscrit dans le cadre des orchestres à l’école.

On a aussi bien sûr des actions transversales avec les autres départements du conservatoire, notamment celui des musiques actuelles amplifiées avec lequel on souhaite développer de nouveaux projets.

En dehors de l’enseignement à proprement parlé, diffuser et promouvoir le jazz fait partie des missions du département et plus globalement du conservatoire. Avec le concours d’Alexandra Vicherd, chargée de la programmation et de l’action culturelle au conservatoire, on travaille avec le réseau jazz du territoire (Plages magnétiques, le Hot club jazz Iroise ou Panem vinum entre autres) sur des manifestations avec les élèves (ateliers, rencontres, concerts). Le département jazz intervient aussi auprès de scolaires pour des actions de médiation.

Quel est ton parcours / ta formation ?

Je viens d’une famille de musiciens. Après une formation classique en clarinette aux conservatoires à rayonnement régional (CRR) de Lyon et de Paris, j’ai intégré l’orchestre d’harmonie de la Flotte à Brest au début des années 2000. En parallèle, j’ai obtenu mon Diplôme d’Etat d’enseignement auprès du CEFEDEM Bretagne et Pays de la Loire en 2007. J'ai pratiqué un atelier d'improvisation libre lors de mes études au CRR de Paris (l'un des premiers dans une telle structure à l'époque), puis je suis venu au jazz un peu par hasard, mais surtout par curiosité, en intégrant un groupe pour jouer du "New Orleans", au saxophone ténor. Je me suis pris de passion pour cette musique et parallèlement pour ce merveilleux instrument. J’ai passé un diplôme d’études musicales de saxophone jazz à Saint-Brieuc et j’en ai fait ma pratique musicale principale et quotidienne.

Que dirais-tu à un futur élève pour lui donner envie de faire du jazz ?

Que le jazz est accessible à tous les musicien.ne.s dotés d’un minimum d’autonomie sur leur instrument, que les angles d'approche de cette musique sont multiples et que le parcours proposé s’appuie sur une méthodologie balisée d’objectif précis permettant d’avancer vers un but qui se veut personnalisé aux attentes de chacun. Je lui conseillerais aussi d'écouter beaucoup de musique, par exemple quelques saxophonistes incontournables, tels que Charlie Parker, Sonny Rollins ou encore John Coltrane (même s’il faut en écouter des milliers d'autres). Le jazz est avant tout une musique liée à la rencontre et au partage, comme un langage commun à tous les jazzmen du monde. Ainsi avec l'apprentissage des codes et du vocabulaire propre à cette musique, on peut immédiatement jouer avec d'autres musiciens à l'autre bout de la planète.

Ton actualité/ scène musicale ?


D’abord deux date à venir avec le conservatoire.
Dimanche 1er mars, à 17h30, au Vauban les élèves des ateliers de jazz joueront en préambule du New York Blue Note quintet. Ils présenteront le fruit du travail mené la veille avec les musiciens du quintet.

Mardi 3 mars, toujours au Vauban, à 20h30, place au Transatlantic jazz sextet. L’orchestre franco-américain est le fruit d’un partenariat entre le Miles Davis Jazz programm de l’université de Caroline du Nord, l’université de Rennes 2 et conservatoire de Rennes. Les musiciens interviendront également en master class auprès de nos élèves.

En dehors du conservatoire, je joue dans différentes formations, notamment dans le collectif Momentous Saat . C’est un sextet composé de Philippe Champion (trompette), Simon Le Doaré (contrebasse), Hugo Pottin (batterie), Nicolas Peoc’h (saxophone), Nicolas Farrugia (vibraphone) et moi-même. Nous avons eu récemment une serie de concert et la préparation d'un album pour l'automne prochain est en cours.

Je fais également partie du trio Kan Diechu, toujours avec Simon Le Doaré et Hugo Pottin. On programme une série de concerts : le 24 mars en jam au Vauban, le 4 avril à l’Ho Penn bar à Carantec, le 13 mai au Môle (chez Milo) à Lampaul-Plouarzel et le 14 mai au O’Porsmeur à Melon.

Je joue par ailleurs dans d'autres formations, telles que le SHUC (Brest), LaberJazz (Roscoff), et d'autres projets ponctuels.

Merci Ferjeux !