Portrait

Portrait : Emmanuel Rousson, professeur de clavecin et coordinateur du département musique ancienne

Mis en ligne le

Tous les mois, découvrez le portrait d’un.e agent.e du conservatoire (personnel enseignant, administratif ou technique).

C'est du côté de l'équipe pédagogique que la série de portraits de la saison continue avec Emmanuel Rousson, professeur d'enseignement artistique en clavecin et coordinateur du département musique ancienne.

Quelles sont tes missions ?

En tant que professeur, le cœur de mon métier c’est avant tout transmettre et donner goût à la musique ancienne. J’enseigne le clavecin, la basse continue et l’esthétique baroque depuis 2003 au conservatoire de Brest métropole. J’assure les cours du 1er cycle jusqu’au 3e cycle d’études musicales (validé par un diplôme d’étude musicales (D.E.M).

En dehors des cours réguliers au conservatoire j’ai noué l’an dernier un lien avec l’académie internationale de musique ancienne de Rimouski (Canada) pour laquelle nous étions invités avec Flore Seube (une ancienne de nos élèves) en tant que professeur.e.s et interprètes.  Ce fut une expérience pédagogique très enrichissante ; j’y ai découvert une autre organisation et manière de travailler. En plus de l’accueil qui nous a été réservé, les Canadiens nous ont exprimé une vraie envie de travailler ensemble et de rencontrer à leur tour nos élèves. J’aimerais donc développer l’échange en les faisant venir à Brest.

Ici, à Brest, le Conservatoire dispose de 4 clavecins : 1 clavecin français à 2 claviers, 1 clavecin italien Grimaldi, 1 petit clavecin italien qui sert d’instrument de travail et notre fierté, le clavecin flamand d’après Ruckers que nous avons construit. Tout le mérite revient aux élèves de musique ancienne, parents et grands-parents qui ont participé au projet. Le chantier aura duré 3 ans. Le clavecin sonne très bien et sert aujourd’hui d’instrument d’études.

Outre les missions d’enseignement, j’assure aussi la coordination du département musique ancienne. Il est composé de 8 professeur.e.s. Parmi les disciplines proposées on y trouve l’orgue, la flûte à bec, la viole de gambe, le traverso, le violoncelle baroque et bien sûr le clavecin.

Ton parcours / ta formation ?

Je suis professeur d’enseignement artistique. Formé au conservatoire à rayonnement régional de Nice puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon. J’y ai obtenu les Diplômes Nationaux d’Etudes Supérieures de Musique en Clavecin dans la classe de Françoise Lengellé, et en Basse Continue dans la classe d’Yves Rechteiner. Par la suite, j’ai validé 2 certificats d’aptitude en clavecin et en musique ancienne. Auparavant, j’enseignais à Thiers, Venissieux et à la Côte Saint-André.

Quelle est ton actualité ?

Pour la 6e édition, les Journées de musique ancienne font partie de la programmation de la saison culturelle du conservatoire. Et c’est une vraie satisfaction de pouvoir continuer à promouvoir cette musique. Cette année, la programmation sort des sentiers battus. Le choix s’est porté sur des compositeurs et des répertoires peu ou pas connus tels que Brioschi, Dall’Abaco ou encore De mondonville ou Dollé… avec un équilibre entre différents types de formation.

Ainsi, ces journées s’ouvrent avec l’ensemble baroque du conservatoire, vendredi 19 octobre ; puis le Collegium Orpheus et le choeur Finis Terrae prend la suite vendredi 8 novembre . Nous avons aussi le plaisir d’accueillir les Basses réunies de Bruno Cocset samedi 9 novembre, l'occasion d’entendre, côte à côte le clavecin et le piano forte (ancêtre du piano). Nous clôturons ces journées en duo avec Flore Seube à la viole de gambe samedi 16 novembre avec un programme français autour de pièces de caractère.

J’en profite pour évoquer aussi l’actualité des élèves du département musique ancienne. Ils joueront jeudi 7 novembre prochain au service historique de la défense à l’occasion du 250e anniversaire de l’Académie Royale de la Marine.