Portrait

Portrait : deux drôles de dames à l’accueil du conservatoire !

Mis en ligne le

La série de portraits des agents continue avec Myriam Roudaut et Emmanuelle Cottin, qui assurent l’accueil et la billetterie du conservatoire, rue du Château.

Comment s’organise le « binôme » et quelles sont vos missions au conservatoire ?

D’abord on peut rappeler que le conservatoire c’est 3 sites d’enseignement, 2 000 élèves et 115 collègues (enseignants, administratifs et techniques). C’est une sacrée machine donc, il y a beaucoup de passage et un pic d’activité les mercredis.

Nos missions sont variées. Principalement, on assure l’accueil physique sur le site de la rue du château et l’accueil téléphonique pour l’ensemble des trois sites. On fonctionne par roulement. Lorsque l’une est à la banque d’accueil, l’autre travaille dans un bureau pour gérer les appels, la boite mail de service et effectuer d’autres tâches administratives. Avec l’actualité relative au coronavirus, on est bien sûr vigilantes sur le respect des consignes sanitaires mais on est à la fois ravies de renouer avec les usagers.

Et nos fonctions s’étoffent de plus en plus : informations de 1er niveau sur les cursus d’études, renseignements sur les procédures d’inscription et sur le paiement des droits des études ; gestion des absences des élèves et professeur.es, réservation de salles de cours, tout ça sur un logiciel métier dédié. On établit aussi les contrats de prêts d’instruments et l’inventaire du parc instrumental. On participe également à l’accompagnement du transport des élèves des classes à horaires aménagés avec le collège Anna Marly.
On est présentes pour le jeune public. Quand les examens ont lieu et que le stress monte un peu dans les couloirs, on écoute, on rassure.

Ensuite, il y a la partie saison culturelle. Ça représente plus de 200 manifestations par an, dans et hors les murs. Il y a une billetterie payante et réglementée pour les concerts professionnels. Nous en assurons la régie (réservation, vente, comptabilité en lien avec le trésor public). La vente en ligne se déploie mais beaucoup d’habitué.e.s viennent acheter leurs billets à l’accueil. Parfois, les semaines qui précédent les concerts, le hall ne désemplit pas. Il faut aussi assurer l’accueil des spectacles, même ceux exonérés, pour effectuer le comptage des personnes. Pour ces derniers, on se relaie avec d’autres collègues du service.

Votre parcours / formation ?


Myriam : Je suis en poste ici depuis 2011. Auparavant, j’ai travaillé longtemps au CCAS au portage des repas. Puis j’ai bénéficié d’une mesure de reclassement professionnel (ça permet aux agents publiques, qui ne peuvent plus poursuivre leurs missions pour des raisons physiques, de changer d’activité). Avant d’arriver ici, je suis passée par la direction des ressources humaines de Brest métropole et l’Ephad kerlevenez (Bellevue). Ça m’a permis d’apprendre les bases en accueil et secrétariat. En 9 ans au conservatoire, mon poste a beaucoup évolué. Il faut se former régulièrement, notamment avec les applications « métiers ». Il y a 5 ans, l’arrivée du logiciel de billetterie a été une petite révolution pour nous. Maintenant, on est rodées et c’est plutôt positif en terme de confort de travail et de service rendu.

Emmanuelle : Je suis en poste depuis un an au conservatoire. Pareil que Myriam, à l’origine je ne suis pas du métier. Après 27 ans en crèche en tant qu’auxiliaire de puériculture, je suis en cours de reclassement professionnel. Myriam m’a formée de A à Z. Ça a contribué à renforcer les liens que nous entretenons à l’accueil. Et puis, la bureautique, je n’y connaissais rien et aujourd’hui je me débrouille plutôt bien, je suis autonome.

Qu’est-ce que vous aimez dans votre travail ?

Sans hésitation, l’accueil ! (sourires). Vous savez, on est en première ligne. C’est nous qui renvoyons la première impression quand les gens arrivent dans le hall et si nous sommes là sérieusement pour rendre un service public, la bonne humeur est de mise. Le fait de travailler dans un domaine culturel aussi, ça donne une ouverture et ça permet d’échanger avec plein de gens différents, élèves, parents d’élèves, artistes, professeur.es et tout le public qui vient aux concerts.

Merci les filles !