Recrutement, Pédagogie

Un nouveau conseiller aux études au conservatoire

Mis en ligne le

Bienvenue à Guillaume Laborde

Guillaume Laborde, conseiller aux études - , .JPG 77Ko () Guillaume Laborde, conseiller aux études

Guillaume Laborde est recruté en tant de conseiller aux études à compter du lundi 8 janvier 2018.

Violoniste de formation, interprète et enseignant, Guillaume a démarré à Toulouse pour arriver en Belgique, en passant par Lyon et Poitiers.

Au conservatoire de Brest métropole, Il assurera le suivi des études de 2000 élèves. A la fois membre de l'équipe de direction et de l'équipe pédagogique, il prendra part au suivi des projets de l’établissement et aux réflexions menées sur les évolutions des méthodes pédagogiques.

Toute l'équipe du conservatoire lui souhaite la bienvenue !

  • Pour mieux le connaître, Guillaume a accepté de répondre à quelques questions :

Vous venez d’intégrer le conservatoire à rayonnement régional de Brest métropole en tant que conseiller aux études. Quelles seront vos missions principales ?

Le conseiller aux études est un membre de l’équipe de direction. Il travaille donc en étroite collaboration avec les différents membres de cette équipe sous la supervision du directeur de l’établissement. Cependant, il n’en reste pas moins un enseignant. En tant qu’enseignant, il se doit de se placer en membre à part entière de l’équipe pédagogique et travailler en coopération constante avec elle. Il doit constamment mener une réflexion avec l’ensemble des enseignants sur l’évolution des méthodes pédagogiques et assurer le suivi des projets de l’établissement. Il doit également assurer le suivi des élèves et être disponible pour leurs sollicitations ou celles de leurs parents. Pour résumer, je serai le relais entre équipe pédagogique, équipe de direction, action culturelle, élèves, familles et partenaires extérieurs.

Parlez-nous de votre parcours professionnel ?
Violoniste de formation mais également de cœur, je suis avant tout un musicien et plus précisément, un artiste-enseignant. Tout au long de mes études comme de mes pratiques professionnelles j’ai cherché à cumuler les fonctions d’enseignant et d’interprète qui sont et resteront toujours à mes yeux, indissociables.
Mon parcours commence en région toulousaine, ma région d’origine, c. Dans chacun de ces lieux, j’ai effectué un cycle d’étude tout en participant à la vie culturelle dans la mesure de mes possibilités. Si à Toulouse et Lyon j’ai « seulement » joué dans des orchestres, j’ai pu, à Poitiers, former des groupes de musique de chambre, m’initier aux musiques anciennes et à la musique traditionnelle du Poitou-Charentes, participer à la création d’œuvres contemporaines. En Belgique j’ai fait partie d’un groupe de musique celtique, ai joué occasionnellement avec un groupe pop-rock, cela tout en terminant ma formation au Conservatoire Royal où j’ai pu rencontrer des musiciens, danseurs et acteurs exceptionnels.
Pédagogiquement, j’ai pu expérimenter de nombreuses méthodes au cours de ces années. J’ai également réfléchi, dans le cadre de mon mémoire de master sur les différentes pédagogies individuelles et collectives. Je suis aujourd’hui convaincu, par mes observations, de la nécessité de mettre l’accent sur les activités collectives et l’ouverture aux différentes esthétiques.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre cet établissement d’enseignement artistique, fort de ses 2000 élèves et 90 professeurs ?
Cette motivation est liée à plusieurs facteurs. J’ai, au cours de mes expériences (principalement lors de mes formations de professeur de violon), eu plusieurs fois l’occasion de représenter des groupes à travers la création de projets, la rédaction de conventions pour organiser des spectacles ou en tant que délégué de promotion. Ainsi, quand j’ai vu l’annonce de ce poste à mon retour de Belgique, j’ai aussitôt ressenti un certain intérêt. Pour la région qui est forte d’une identité culturelle riche. Pour l’établissement qui touche une part importante de la population brestoise par son enseignement comme par ses représentations, qui a réussi à évoluer pour passer du statut de CRD à celui de CRR. Pour la fonction qui, pleine de responsabilités, représente autant de possibilités de travailler dans un but d’épanouissement culturel, d’intégration, de mieux vivre ensemble.
Après étude du projet d’établissement et du règlement des études, j’ai pu constater leur adéquation avec ma vision de la vie culturelle. Je ne compte pas laisser les choses en suspens et me contenter de regarder l’établissement fonctionner depuis mon bureau. J’ai conscience que le monde est en perpétuel mouvement et que, à ce titre, il sera nécessaire de faire évoluer tant le projet d’établissement que le règlement des études. De plus, sachant que la perfection est un but inatteignable et qu’une personne seule ne peut en aucun cas détenir toutes les solutions, il me paraît évident de devoir constamment travailler main dans la main avec les autres membres de l’équipe de direction, l’ensemble de l’équipe pédagogique  ainsi que tous les partenaires du conservatoire.
Ayant déjà eu des contacts avec plusieurs membres de l’équipe de direction, avec plusieurs professeurs et, ainsi, ayant pu apprécier la bonne entente qui règne dans ce conservatoire, je suis extrêmement impatient de commencer le travail et de me joindre à cet établissement plein d’avenir.